• Anonyme

    Bonjour !! Je trouve ta traduction de "The End" des Doors exceptionnelle ! As tu une page FB? Bonne journée

  • Anonyme

    +4 pour changer des autres conformistes

  • Avant de divaguer dans mes tribulations psychiatriques, j'étais juste venu pour te demander ce que foutent les Beatles et 30 Seconds to Mars au milieu de ce joli panier de fruits rempli de groupes délichieux. Ce sont les vers? : )

  • tu es un grand homme - tu finiras très certainement capitaine d'artillerie dans l'armée moldave - je tenais à te le dire, et ce usqu'à que la mort nous sépare.
    que dire? je n'ai pas une once d'imagination ce matin, et comme disait le poète :
    "Elle était belle comme la révolte
    Nous l'avions dans les yeux,
    dans les bras dans nos futals
    Elle s'appelait l'imagination
    Elle dormait comme une morte, elle était comme morte
    Elle sommeillait
    On l'enterra de mémoire."
    Bref on s'en fout.
    Pourquoi je continue, je m'enfonce là.
    Certes, mais j'ai cette obstination don quichottesque et quelque peu masochiste qui me pousse à continuer, pour notre plus grand malheur.
    Tout le monde ici chérit son altesse sérénissime made in Tennessee, j'ai nommé le fort ennivrant Sir Jack Daniel's. C'est pas pour les tapettes, foutredieu de merde. Et dire qu'il existe sur cette terre des salopards qui osent clamer haut et fort que le Jack Daniel's est un bourbon... mais c'est une erreur calamiteuse qui mérite d'être bouilli vif e place de Grève tel un faussaire!!! La différence entre le bourbon et le Tennessee Whisky est mince mais elle existe bel et bien, elle réside dans le filtrage de cette sainte gnole. Mais qui évoque le bourbon fait inéviablement référence au chaman des chamans : Jim Morrison ou la réincarnation de Cochise ou du vieil indien qui joue dans Little Big Man et Josey Wales Hors-la-loi (mais bon ce vénérable vieillard est mort une dizaine d'années apèrs Morrison, donc mon délire est absurde, psychédélique MAIS absurde, pyschédélique DONC absurde). Jim Morrison et le bourbon : L.A. Woman... qui dit L.A. Woman dit Riders on the Storm, LA road song pluvieuse qu'il manque à Easy Rider. Mais bien avant de crever dans une baignoire parisienne, trois ans plutôt plus précisément, le prophète a signé une toute autre mélodie dans laquelle il assassine sa maman en l'étouffant dans la poussière du désert après l'avoir violée avec un vieux serpent long de 7 miles : The End. Que de chemin parcouru déjà, je crois qu'il est l'heure de se taire, car il n'y a plus rien, thiiissss iiiiiiiissssss theeeeee eeeeeeeeeeennnnnndddddddddd. (fin abrupte)

  • Anonyme

    +5 pour toi vu ktm bien le rock mdr Kiss ta lair simpa et cool comme mec !!